#16. Rue Vankeerberghen, 2, Huy

Sébastien Pins

Sébastien Pins, né le 30 mai 1990, est, si l’on peut dire, un enfant d’un village condrusien bien connu.

C’est à Marchin qu’il vivra ses premières découvertes de l’art photographique et qu’il remportera à l’âge de huit ans ses premiers prix dans différents concours de photographie.

 

Après ses humanités, son choix professionnel le mènera à Louvain La Neuve pour suivre des études à l’Institut des Arts et Diffusion. Dès le début de sa formation, il comprend que, par la puissance du son et des images , ses films pourront toucherson spectateur pour l’inviter à devenir un acteur de la préservation de la nature et de la biodiversité. Durant ses études, en 2012, Monsieur Pins réalise un court-métrage intitulé « Ma forêt » qui sera sélectionné dans plus d’une centaine de festivals à travers le monde et primé des dizaines de fois, en particulier par les Nations-Unies à Istanbul au « Forum on Forest ».

En 2014, il réalise le court - métrage « Une passion d’or et de feu », racontant l’histoire d’un apiculteur inquiet sur l’avenir de son Rucher Ecole. Cet hommage à l’apiculteur remporte un succès mondial et ce film estsélectionné dans plus de deux centsfestivals dont de très nombreux et prestigieux « Oscar™ nominating Festival » ! Primé des dizaines de fois, il le sera aussi par l’UNESCO.

 

Diplômé en 2015, Monsieur Pins commence le tournage d’un court - métrage intitulé « Traces » racontant l’histoire d’un des derniers débardeurs au cheval de trait. Son objectif à travers ce film est de faire connaître et de valoriser le travail de ces hommes qui, de tout temps, ont contribué à la santé et à la sauvegarde de nos forêts. « Traces » représente ainsi toute l’émotion de la symbiose entre l’homme, l’animal et la forêt.

Ce film, finalisé début 2019,remportera également un succès retentissant dans les plus grands festivals environnementaux au monde. Sélectionné dans plus d’une centaine d’entre eux, et ce en période de pandémie mondiale, il entrera en concurrence avec des films produits par Netflix, le National Geographic et remportera plusieurs dizaines de prix.

 

En 2016, il débute le tournage d’un autre court-métrage intitulé « Quand les hirondelles s’en vont » présentant le drame vécu par un couple de vieux paysans du Condroz. En effet, Monsieur Pins aime aller à la rencontre des habitants de son village considérant que les plus belles histoires se racontent à deux pas de chez soi ! A travers ce film, il montre toute l’importance du lien intergénérationnel et toute la richesse qu’il peut apporter aux uns comme aux autres. Il le finalisera début 2021.

 

En 2019, Monsieur Pins a aussi la grande joie d’être primé par la Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité Européenne pour son travail. Le travail de ce réalisateur ne cesse d’être soutenu par l’ONU et des personnalités emblématiques telles que Hubert Reeves, Marion Cotillard, Frédéric Back, Ségolène Royal et Thierry Machado.